3 mars 2020 – 3 minutes de lecture
KISIO – Maria Lucia

Donner une nouvelle « voix » à la mobilité francilienne

Donner une nouvelle « voix » à la mobilité francilienne

 

Kisio et Roland Berger dévoilent une étude inédite sur l’utilisation des grands axes de circulation franciliens, avec un accent mis sur le boulevard périphérique.

La mobilité est l’un des sujets majeurs dans le débat public à l’heure où la campagne des élections municipales est dans la dernière ligne droite. Face à une saturation croissante du trafic routier, Roland Berger, seul cabinet de conseil de Direction Générale d’origine européenne, et Kisio acteur majeur dans l’accompagnement et le conseil aux acteurs de la mobilité, ont réalisé une étude inédite et proposent des solutions concrètes pour améliorer la fluidité des grands axes franciliens, avec un accent mis sur le périphérique.

 

La mobilité en Île-de-France est l’un des déterminants du dynamisme de l’économie nationale

 

La région représente à elle seule 31% du PIB français, 23% des emplois et concentre 18% de la population.

La mobilité de cette région stratégique fait face à un risque de saturation de ses principaux axes de circulation. L’engorgement croissant du trafic routier notamment, provoque des embolies fréquentes et cause des nuisances sonores et environnementales aussi bien pour les usagers que pour les riverains.
Roland Berger et Kisio ont souhaité faire un focus dans leur étude sur le boulevard périphérique parisien qui est une infrastructure historique de l’Île-de-France pour comprendre quels étaient les profils des utilisateurs, leurs habitudes d’utilisation ainsi que leurs alternatives potentielles.

Si son évocation met l’accent sur le fait qu’il matérialise une frontière spatiale entre Paris et sa banlieue, l’analyse des flux réalisée dans cette étude en démontre le contraire : le périphérique est en réalité une infrastructure de liaison entre Paris et sa banlieue.
L’étude a été élaborée grâce aux données (ou traces) GPS correspondant aux données de géolocalisation des smartphones, collectées régulièrement par l’intermédiaire d’applications mobiles.

Chiffres clés de l’étude

  • 1,17 million de déplacements en moyenne par semaine sur le périphérique parisien VS 0,92 million le week-end ; 43% des usagers du périphérique parisien sont originaires de la petite couronne ;
  • 32% des déplacements sur le périphérique parisien sont des trajets entre Paris-Intramuros et la petite couronne ;
  • 50% des déplacements sont éffectués par 13% des usagers ;
  • 15% des déplacements sur le périphérique ont lieu entre minuit et 6h du matin.

Méthodologie de l’étude

L’étude a été réalisée grâce aux données (ou traces) GPS correspondant aux données de géolocalisation des smartphones, collectées régulièrement par l’intermédiaire d’applications mobiles. Il s’agit d’une succession de coordonnées (x, y, z), captées tout au long de la journée et associées à un identifiant crypté de terminal. Ces traces sont ensuite segmentées en déplacements, auxquels il est nécessaire d’affecter des modesLa généralisation de l’usage des smartphones, équipés de puces GPS et connectés à internet, en fait une source de données à très fort potentiel pour l’analyse des mobilités. Les données sont collectées après obtention du consentement des personnes et en respect du RGPD.

Accédez ici pour télécharger l’étude réalisé par Kisio & Roland Berger.